jeudi 15 août 2002

Merci Docteur Roget

En 1998, nous déménageons dans un plus grand appartement. Nous y faisons pas mal de travaux.

Au printemps, nous partons à Cuba et, au début de l’été, en Egypte.
Tout se passe bien.

Fin 1999, je commence un traitement épuisant d'un an à l’Interféron pour soigner mon hépatite C. Mais cela ne marche pas. Un mois aprés l’arrêt des injections, mes transaminases sont élevées et le virus à nouveau décelable dans le sang. Merde !!! 

Début 2000, nous faisons un voyage au Viet Nam. Décidément, l’Asie est trop forte pour moi et je pète à nouveau les plombs. 

A mon retour, je suis ré hospitalisé une quinzaine de jours. 

L’épisode est très traumatisant, car vraiment, je ne m’y attendais pas.

Je m'en remets quand même assez vite.

Début 2001, nous partons au Sri Lanka. Quelques sentiments d’étrangeté me font alors augmenter  la dose de Risperdal et cette fois : Victoire ! J’arrive à maîtriser les symptômes et éviter l’hospitalisation. Oui, c’est une grande victoire sur la maladie !!! Depuis cette période, je sentirai venir les éventuelles rechutes et serai capable de les endiguer en augmentant le traitement de moi-même. 

Mi 2001, ma femme, qui a réussi un concours dans son boulot, part à l’école des cadres des Impôts à Clermont-Ferrand pour un an. 

C’est dur !

D’autant plus, qu’à cette date, profitant du fait que je ne veux pas me plaindre devant elle, j’entame un nouveau traitement contre l’hépatite C. Un traitement de cheval cette fois (Interféron+Ribavirine) !!! C’est la chose la pire que mon corps ait vécu jusqu’ maintenant. Je suis épuisé pendant un an. Je crois souvent que je vais en mourir.

Mais, grâce la gentillesse du docteur Roget (Gastro-entérologue) qui me donne souvent des arrêts maladie et me remonte le moral, je finis ma cure de ce poison et MIRACLE !!! Je suis guéri de l'hépatite C.

J’ai perdu 30 kilos. 

Mais je suis guéri ! 

Heureusement que j’avais beaucoup grossi avec les neuroleptiques et le lithium les années antérieures, car comme dit le proverbe chinois : "Quand les gros maigrissent, les maigres meurent".